medecinechinoise.info

La Médecine Traditionnelle Chinoise, une médecine multi-millénaire et toujours actuelle !

Diabète et Médecine Traditionnelle Chinoise

L'observation clinique du diabète traité par la poncture, la moxibustion ainsi que la poncture associée à la moxibustion du point (...)


Auteurs : LIAO Hui, XI Ping, CHEN Qiang, YI Li et ZHAO Yang (Service de médecine chinoise et occidentale de l'Hôpital central n°4 de la ville Tian Jin)

Source : « Zhong Guo Zhen Jiu » (L'Acupuncture-Moxibustion de Chine) 7/2007 p. 482-484



  Ces dernières années, en Chine, on a obtenu beaucoup de progrès dans le traitement du diabète par l'acupuncture. Il existe de nombreux rapports relatant les effets antidiabétiques du point Wei Wan Xia Shu (point au-dessous de l'estomac). De nos jours, pour traiter le diabète avec ce point, on emploie surtout l'acupuncture que l'on associe parfois avec des médicaments. Or, dans l'ancien temps, on employait fréquemment la moxibustion avec un nombre assez important de cônes. Pour pouvoir comparer les effets de l'acupuncture, de la moxibustion et de l'acupuncture associée à la moxibustion de ce point dans le traitement du diabète, nous avons entamé une étude comparative dont voici le rapport :


1. Donnée générales


1.1 Objets d'observation


• 79 cas non insulinodépendants dont le diagnostic a été établi selon les critères de l'OMS comprenant 46 hommes et 33 femmes âgés de 32 à 74 ans.

• Durée de la maladie : 1 à 23 ans.

• Observation débutée après 3 jours d'arrêt des médicaments antidiabétiques et sous régime alimentaire strict.

• Les cas suivants sont exclus : lésion hépatique et rénale, cétonémie diabétique, coma diabétique hyperosmolaire, diabète associé à d'autres maladies graves aiguës ou chroniques instables (tels que le cancer et les séquelles d'AVC).


1.2 Groupes d'observation


Les 79 cas sont divisés en trois groupes :


• Groupe traité par l'acupuncture :

- Nombre : 29 cas (17 hommes et 12 femmes)

- Âge (ans) : 51.28 ± 7.96

- Durée de la maladie (ans) : 6.14 ± 5.50

- Taille (cm) : 164 ± 10.3

- Poids (kg) : 67.10 ± 8.37.


• Groupe traité par la moxibustion :

- Nombre : 24 cas (15 hommes et 9 femmes)

- Âge (ans) : 53.71 ± 6.57

- Durée de la maladie (ans) : 6.07 ± 4.25

- Taille (cm) : 161 ± 11.2

- Poids (kg) : 59.00 ± 9.09.


• Groupe traité par l'acupuncture associée à la moxibustion :

- Nombre : 26 cas (14 hommes et 12 femmes)

- Âge (ans) : 52.50 ± 6.89

- Durée de la maladie (ans) : 6.21 ± 5.13

- Taille (cm): 165 ± 11.9

- Poids (kg) : 66.4 ± 10.12.


Les trois groupes ont quasiment les mêmes caractéristiques (P > 0.05). La comparaison est donc possible.


2. Méthodes thérapeutiques


(...)

• Pour les trois groupes, deux séances par jour dont une dans la matinée entre 8 et 10 H et une autre dans l'après-midi entre 14 et 16 H. Cure de 30 jours consécutifs.

• Tous les patients ont fait des exercices physiques deux fois par jour, de 15 à 30 minutes à chaque fois sans être fatigués.

• Selon l'état général des patients ainsi que leur poids, on leur donnait de 30 à 35 cal/ kg de nourriture pendant le traitement.


3. Critères d'efficacité et résultats


• Paramètres d'observation :

- principaux symptômes,

- glycémie à jeun,

- glycosurie sur 24 heures,

- hémoglobine glycosylée,

- lipémie comprenant cholestérol total (CT), triglycéride (TG), cholestérol LDL et cholestérol HDL.


• Critères d'efficacité :

- Guérison: disparition totale des principaux symptômes, glycémie à jeun < 7.0 mmol/L, taux de glycémie à jeun, de glycosurie sur 24 heures, de hémoglobine saccharifiée, de cholestérol total, de triglycéride et de cholestérol LDL devenant normal ou abaissé de plus de 50 % par rapport à avant le traitement.

- Grande amélioration : disparition quasi-totale des principaux symptômes, glycémie à jeun < 7.80 mmol /L ou abaissé de 30 à 50 % par rapport à avant. Les autres indices ont également baissé de 30 à 50 % par rapport à avant le traitement.

- Amélioration moyenne : amélioration moyenne des principaux symptômes, glycémie à jeun <8.60 mmol/L ou abaissé de plus de 10% par rapport à avant. Les autres indices ont baissé de 10 à 30 % par rapport à avant le traitement.

- Sans efficacité : aucune amélioration au niveau des symptômes, les indices biologiques n'atteignant pas les critères mentionnés ci-dessus.


• Résultats après 30 jours de traitement :

Groupe
 Guérison
 Grande amélioration
 Amélioration moyenne
 Sans efficacité
 Efficacité totale
Groupe 1 (29 cas)
 4
 5
 15
 5
 24 (82,7 %)
 Groupe 2 (24 cas)
 3
 4
 13
 4
 20 (80,4 %)
 Groupe 3 (26 cas)
 4
 8
 11
 3
 23 (88,5 %)

  En regardant ce tableau, on constate qu'il y a peu de différences dans l'efficacité totale de ces trois groupes. Par contre, au niveau de la grande amélioration, le résultat est nettement meilleur dans le groupe 3. Ceci indique que l'efficacité obtenue dans le groupe 3 est supérieure à celle des deux premiers groupes.


4) Discussion


De nos jours, il est communément connu que les points Shu dorsaux sont les points qui reflètent les états physiopathologiques des organes correspondants. La stimulation exercée sur ces points par les différents procédés thérapeutiques (aiguille, moxa, ventouse, etc.) peut dans un état normal accélérer ou réguler les fonctions physiologiques des organes correspondants. Dans un état pathologique, elle peut rétablir à degrés différents les fonctions des organes atteints. Ceci est dû à la relation entre ces points et la répartition des nerfs.

Au-dessous du point (...). En conséquence, ce point est particulièrement douloureux à la pression en cas de maladies pancréatiques. Les études réalisées de nos jours ont démontré que ce point peut abaisser le taux de glycémie en faisant augmenter la sécrétion de l'insuline et en améliorant les fonctions des cellules bêta.

Les conditions historiques n'ont pas permis à la MTC d'accorder au pancréas une place à part entière, d'où l'absence de point « officiel » ou « standard » dorsal de cet organe. Jusqu'à présent, le point (...) n'est considéré que comme un point curieux hors méridien. Un certain auteur a proposé d'intégrer ce point parmi des points Shu dorsaux et de changer son nom en « Pi Shu » (point Shu dorsal du pancréas) et de l'employer comme le principal point pour traiter le diabète. Nous approuvons sa proposition.

L'observation clinique réalisée auprès de 79 cas de diabète de type II décèle que le point en question peut, en acupuncture, en moxibustion et en acupuncture associée à la moxibustion, baisser le taux de glycémie et améliorer les principaux symptômes. Elle permet également de constater que c'est l'acupuncture associée à la moxibustion qui donne les meilleurs résultats. Par ailleurs, les indices concernant la lipémie prouvent que ce point peut améliorer les troubles métaboliques des lipides du diabète de type II. Il s'agit d'une méthode efficace et simple à appliquer permettant d'éviter l'usage à long terme des hypoglycémiants, dont les effets secondaires ne sont pas négligeables. Elle mérite d'être largement appliquée en clinique.


Cet article a été publié dans le recueil n° 27 de la collection « Acupuncture Traditionnelle Chinoise» (au prix de 20,75 euros ou 23 euros) édité par les éditions «Institut Yin-Yang ». L’article ne se vend pas seul. Pour se procurer ce recueil, contacter cette maison d’éditions ([email protected]) qui n’est pas un établissement de soins. Si vous cherchez un praticien, veuillez consulter le menu «Praticiens» sur notre site.