medecinechinoise.info

La Médecine Traditionnelle Chinoise, une médecine multi-millénaire et toujours actuelle !

Documentation => Prurit et Médecine Traditionnelle Chinoise

60 cas de prurit des personnes âgées traités par la méthode de réchauffement et de désobstruction


Auteur : Yang Sheng Hua (du Service de Santé du Corps Cen­tral des Pompiers de la Province de Ning Xia)

Source : « Revue de la Clinique d’Acuponcture ‑ Moxibustion », 9/96, pages 19





  Ces dernières années, j'ai utilisé la méthode de réchauffement de désobstruction (Wen Tong Fa) pour traiter 60 cas de prurit des personnes âgées avec des résultats satisfaisants. Voici le rapport :


Bases de données

‑ 60 cas dont 45 hommes et 12 femmes entre 54 et 68 ans. L'âge moyen est de 61 ans.

‑ Durée de maladie la plus courte : 3 ans; la plus longue: 12 ans.

Ces patients ont été traités par des médicaments chinois et occiden­taux sans résultats satisfaisants. Chez certains malades, les médicaments ont donné des effets mais il y avait rechute en cas d'interruption du traitement. Certains malades, à la longue, résistaient à l'action des médica­ments. Chez d'autres malades, les médicaments ne donnent aucun effet.


Méthode thérapeutique

‑ Points choisis : […]

‑ Employer ces points par alternance, de 4 à 5 points par séance.

‑ Chauffer les aiguilles stériles avec une lampe à alcool. La partie chauf­fée a une distance égale à la profondeur de l'aiguille quand elle est insé­rée. Une fois l'aiguille devenue rouge par l'effet de la chaleur, bien viser le point puis insérer rapidement l'aiguille et la retirer immédiatement. Ne pas couvrir le trou de l'aiguille.

‑ Une séance par jour et cure de 10 séances.


Critères de l'efficacité

‑ Guérison disparition du prurit et de la trace d'égratignure ; bon sommeil et moral ; pas de récidive par les facteurs alimentaire, atmosphérique et environnemental.

‑ Amélioration : amélioration du prurit ; récidive occasionnelle mais de courte durée par les facteurs externes (alimentaire, etc.)

‑ Sans efficacité : amélioration après trois cures de traitement mais réci­dive observée à l'arrêt du traitement.


Résultat (après 3 cures de traitement)

27 cas de guérison (45%) ; 31 cas d'amélioration (52%) ; 2 cas d'efficacité nulle (3,3%). L'efficacité globale est à 96,6%.


Exemple de cas traité

  Patiente du nom Han, 68 ans, cadre du parti retraité. Date de la première consultation : 17/10/87.

Le patient se plaignait principalement d'un prurit généralisé dans l'ensemble du corps depuis plus de 10 ans. Ce prurit s'aggravait ces trois dernières années. Il était bénin le jour et grave la nuit. A cause des déman­geaisons, le patient n'arrivait pas à s'endormir. Il présentait alors de la somnolence et de l'asthénie dans la journée, ce qui le faisait souffrir encore plus. Les médicaments qu'il prenait pendant ces périodes n'étaient pas parvenus à arrêter la démangeaison.

  A l'examen, j'ai constaté : peau rêche largement marquée par des races d'égratignure, pigmentation filiforme, lichénification située sur les en­droits où la peau est devenue épaisse, pointe de la langue rouge, enduit lingual blanc et gras, pouls hua et shuo.

Il s’agissait donc de prurit (lié au vent). Le traitement consistait à : chasser le vent et arrêter le prurit, nourrir le sang et humidifier la peau.

Après une séance de traitement, le patient ressentait que le prurit a sensiblement diminué et que son sommeil s'est amélioré. Après 3 cures de traitement, le patient a été guéri. Pas de récidive signalée depuis 6 mois.


Conclusion

Chez les personnes âgées, le prurit peut survenir dans l'une des trois situations suivantes :

‑ Déficience du Qi et amas du sang conduisant à un dysfonctionnement de la microcirculation. A cela s'ajoute une pénétration du vent persistant en­tre la peau et la chair.

‑ Déficience (vide) du Foie et des Reins entraînant une déficience du sang. A cause de la déficience du sang, le vent et la sécheresse apparaissent. Dans ce contexte, la peau et la chair ne sont pas nourries d'où le prurit.

‑ Accumulation de l'humidité et de la chaleur du Foie et de la Vésicule Bi­liaire. Ces deux perversités suivent les deux méridiens concernés pour aller vers la surface du corps et causer cette maladie.

  La méthode de réchauffement et de désobstruction (« aiguilles au feu » Huo Zhen), peut à la fois disperser le vent externe et arrêter le vent interne, faire circuler le sang et arrêter le prurit. A propos de cette méthode, le Zhen Jiu Ju Ying précise : « Les aiguilles au feu ouvrent grandement le trou des points d'acuponcture. Après le retrait de l'aiguille, le fait de ne pas fermer le point laisse échapper le vent pervers. »

  En ouvrant les points d'acuponcture, les aiguilles chauffées au feu dispersent le vent au niveau des tissus conjonctifs entre la peau et les muscles (Cou Li) et le chasse hors du corps. Par ailleurs, grâce à la chaleur des aiguilles, le sang se met à circuler et la circulation sanguine devient normale. Grâce à cette action, les tissus conjonctifs entre la peau et les muscles sont nourris, la sécheresse est éliminée, le vent est chassé d'où la disparition du prurit.


Cet article a été publié dans le recueil n°1 de la collection « Acupuncture Traditionnelle Chinoise» (au prix de 20,75 euros ou 23 euros) édité par les éditions «Institut Yin-Yang ». L’article ne se vend pas seul. Pour se procurer ce recueil, contacter cette maison d’éditions (editions.institut.yinyang@gmail.com) qui n’est pas un établissement de soins. Si vous cherchez un praticien, veuillez consulter le menu «Praticiens» sur notre site.